Jardin et extérieur

TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LA PELOUSE ARTIFICIELLE

L’installation d’une pelouse synthétique n’est pas aussi simple que ça en a l’air. Il ne suffit pas en effet de la poser simplement. Il faut suivre des étapes conventionnelles. Lorsqu’on a un projet d’aménagement de gazon artificiel, il faut faire appel à des professionnels. Cependant, il serait pertinent de connaître certaines notions ainsi que le processus dans son ensemble pour mener à bien le projet.

Les étapes d’installation d’une pelouse synthétique

Il existe pratiquement deux types de travaux : les travaux avec ou sans excavation. Quand il y a excavation, il y a quatre étapes nécessaires : l’excavation entière de 4 à 6 pouces de la matière végétale restante, veiller aux différents dénivelés de la surface pour accueillir un remblai de roche, un remblai de roche selon l’importance de l’excavation et enfin la finalisation du remblai avec une couche de roche de finalisation. Pour les travaux sans excavation, il faut chronologiquement installer une membrane géotextile fixée avec des clous, la pelouse artificielle  elle-même, ensuite il faut joindre les séparations par une membrane autocollante. Puis, c’est là qu’on découpe le périmètre complet tout en fixant avec des clous et des ancrages en U. À cela s’ajoute un brossage pour activer les fibres. Enfin, on parsème d’un produit spécial qui sert à absorber et à neutraliser les odeurs.

 

Les constituants de la fibre

La fibre d’une pelouse artificielle se fabrique en découlant d’une extrusion. Différentes matières peuvent être utilisées pour créer la fibre. Il y a le polyamide qui est la fibre la plus courante. Il s’utilise actuellement dans les terrains sportifs seulement pour des demandes spéciales et donc cher. Il est très résistant et très rigide. Il ne s’adapte pas aux utilisations à des fins décoratives. Ensuite, il y a le polyéthylène. Celui est plus doux, mais moins résilient. Ce sont les fibres les plus hautes. En outre, il y a le polypropylène qui est le plus résilient, mais le moins doux. Il  maintient efficacement les fibres. Ce sont les fibres frisées plus rigides à la base du tissage. Par ailleurs, il ne faut pas oublier la trame, le dossier ou le backing. C’est la partie qui embrasse le sol. Ce support est constitué d’une bâche tissée polypropylène aux différents grammages où l’ensemble du gazon est tissé ou tufté.

 

Les garanties du gazon synthétique

La fibre constitue  l’élément le plus délicat de la pelouse artificielle. L’état général du gazon est déterminable à partir de l’état de la fibre. Il est à rappeler que le fait de tisser ne prolongera pas la durée de la vie de la fibre. Au fil du temps, elles finissent par être usées ou se décolorer. Leur état dépendra de la région où elles se trouvent. Il faut donc bien veiller à connaître la provenance de celles-ci (lieu ou pays de fabrication). Lorsque l’on achète la fibre à un extrudeur, ce dernier doit fournir une carte avec plusieurs nuances de couleurs correspondant aux différentes amplitudes thermiques des pays. Une couleur se concorde avec une durée de garantie  (le plus souvent en heure) d’exposition aux rayons de soleil.